Critique « Gentefied » : un loyer est une fête trop élevée

Une comédie dramatique animée de Netflix célèbre une communauté en train de disparaître.

Annie Gonzalez et J.J. Soria dans Gentefied, qui examine comment l
Gentifié
Choix de la critique du NYT

Quand un taco cesse-t-il d'être un taco ? Dans Gentefied de Netflix, il s'agit à la fois d'une question pratique et existentielle.

Cela survient lorsque Chris (Carlos Santos), un chef en herbe, veut aider son grand-père, Casimiro (Joaquín Cosío), à sauver son petit restaurant en difficulté en égayant le menu et en attirant de nouveaux clients (plus riches). L'une de ses idées, un taco tikka masala au curry, sonne pour Casimiro comme un blasphème. Envie de tradition ou d'innovation ? demande Chris, en anglais. Son grand-père répond, en espagnol : Ce que je veux, c'est un taco.



La petite question ici est de savoir si vous pouvez jeter quelque chose, aussi délicieux soit-il, sur une tortilla et la proclamer un taco. (Roy Choi, le pionnier des tacos coréens de The Chef Show de Netflix, a une réponse, mais c'est une autre conversation et une autre frénésie.) La plus grande question, propulsant cette comédie dramatique fougueuse, drôle et poignante qui arrive vendredi, est de savoir à quel point son cadre — Boyle Heights, Los Angeles — peut être agrandi et découvert jusqu'à ce qu'il ne s'agisse plus de Boyle Heights.

Créé par Marvin Lemus et Linda Yvette Chávez (les producteurs incluent America Ferrera), Gentefied est l'un des nombreux programmes récents qui examinent comment l'argent détruit les quartiers populaires et minoritaires, notamment She's Gotta Have It de Netflix et Starz's Vie, qui se déroule également à Boyle Heights. (C'est une ironie de la télévision que certains de ses examens les plus aigus de l'inégalité des revenus proviennent de chaînes payantes de câblodistribution et de streaming.)

Ce problème à grande échelle donne à Gentefied son titre (un portemanteau pour l'embourgeoisement des Latinos ascendants), ses thèmes et nombre de ses conflits. Mais il est alimenté par sa petite focalisation sur la famille et les voisins.

En partie, Gentefied parle de la tension entre ceux qui restent et ceux qui partent. Alors que Chris apprend dans un restaurant chic de Los Angeles et rêve d'une école de cuisine, Casimiro dirige les tacos de Mama Fina avec le cousin de Chris Erik (J.J. Soria), qui pense que Chris est un prétentieux à guichets fermés. Leur cousine Ana (Karrie Martin), est entre les deux, une artiste passionnée par la communauté (et une petite amie sérieuse qui l'attache à la maison) mais avec des ambitions qui la poussent au-delà.

La meilleure télé de 2021

La télévision a offert cette année de l'ingéniosité, de l'humour, de la défiance et de l'espoir. Voici quelques-uns des faits saillants sélectionnés par les critiques télévisés du Times :

    • 'À l'intérieur': Ecrit et tourné dans une seule pièce, le spécial comédie de Bo Burnham, en streaming sur Netflix, braque les projecteurs sur la vie sur Internet en pleine pandémie .
    • « Dickinson » : le La série Apple TV + est l'histoire d'origine d'une super-héroïne littéraire qui est très sérieuse à propos de son sujet mais peu sérieuse à propos d'elle-même.
    • 'Succession': Dans le drame acharné de HBO sur une famille de milliardaires des médias, être riche n'est plus comme avant .
    • « Le chemin de fer clandestin » : L'adaptation captivante par Barry Jenkins du roman de Colson Whitehead est fabuliste mais extrêmement réelle.

Les premiers épisodes mettent en scène les conflits entre cousins ​​; Chris, qui est récemment revenu de l'Idaho, est un punching-ball fréquent pour avoir été trop assimilé à la culture hipster blanche. Mais la saison de 10 épisodes complique finalement leurs positions. Chris a le sentiment qu'il n'est pas assez mexicain pour Boyle Heights mais trop mexicain pour des goûts de son patron raciste. Erik ne veut rien de plus que d'être un père de famille ancré dans son quartier, mais son ex-petite amie ambitieuse et progressiste, Lidia (Annie Gonzalez), ne veut pas de lui dans sa vie.

Casimiro est le ciment de la famille élargie et Cosío est un ancrage magnétique et charismatique de l'ensemble. Son personnage, toujours en deuil de sa défunte épouse, est fier mais moins borné qu'il n'y paraît au premier abord. Sous son chapeau de cow-boy et son extérieur bourru, c'est un rêveur - quelque chose qu'il partage non seulement avec son chef et ses petits-enfants artistes, mais aussi avec Erik, qui révèle un côté sensible et livresque.

Gentefied défend le Boyle Heights d'aujourd'hui tant par l'image que par le personnage et le dialogue. Dans son œil de caméra, le quartier rayonne de lumière et vibre d'énergie. Ce sont des voisins assis sur des chaises de jardin sur un trottoir, le kaléidoscope de sélections emballées dans une bodega, un poivre extrait de la terre dans un jardin d'arrière-cour. La production se sent liée au lieu, au trottoir et au sol.

La voix du spectacle est distinctive et assurée, au sens propre comme au figuré. Il se glisse naturellement entre l'anglais, l'espagnol et l'espagnol de la même manière que ses histoires se glissent entre les mondes – des rues de Boyle Heights au monde des galeries, des femmes immigrées cousant à la pièce aux cuisinières immigrées chiffonnadant des herbes.

Son ton prend plus de temps à s'établir. Parfois, cela veut être une satire au coude acéré, comme dans un épisode qui envoie des tournées gastronomiques dans lesquelles des hipsters épicuriens errent dans le quartier comme s'ils faisaient un safari. Parfois - plus efficacement - c'est une comédie dramatique familiale de la classe ouvrière, consciente des effets en cascade des petits revers financiers et du changement de code impliqué dans le déplacement à travers les cultures. (Quand Ana et Erik ont ​​une altercation avec un directeur de banque blanc, elle lui rappelle, utilise ta voix blanche !)

Peut-être le plus important pour une émission sur la construction de quartiers, Gentefied maîtrise même ses plus petits personnages. Un musicien mariachi, présenté comme un soulagement comique, obtient son propre épisode qui le révèle comme un artiste émouvant essayant de garder son intégrité; La mère d'Ana évolue d'un ennemi juré à un survivant endurci.

Dans toutes ces histoires, le climat pour les immigrants en Amérique est toujours ressenti. Un flash-back sur une scène dans une salle d'attente de prison, avec Bill Clinton à la télévision célébrant un projet de loi sur le crime, passe aujourd'hui dans une autre salle d'attente, avec Donald Trump vantant son projet de mur.

Gentefied peut être brutal. Mais juste au moment où vous pensez qu'il a empilé le jeu pour un argument, il remanie. Dans un épisode marquant, Ana peint une fresque de deux hommes s'embrassant sur le mur d'une bodega, commandée par le propriétaire du marchand d'art blanc du bâtiment. Elle se retrouve au milieu d'une bataille entre certains de ses voisins, rebutés par l'image (et donc sa propre identité gay), et l'industrie de la gentrification dans laquelle elle veut toujours réussir.

L'épisode et la série comprennent que la gentrification n'est pas simplement une force brute mais insidieuse. Une communauté qui la proteste peut finir, par sa résistance, par paraître plus authentique et donc désirable. Exiger que des étrangers vérifient leurs privilèges peut simplement flatter leur conscience de soi. L'argent trouve toujours un chemin dans et autour. Ce n'est pas un bélier mais une amibe.

Gentefied a beaucoup à dire, et il peut devenir didactique dans son envie de tout dire. Mais la sympathie de la série la porte à travers ses zones les plus rugueuses. Cette série met beaucoup de choses dans son assiette et, d'une manière ou d'une autre, tout s'assemble.

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt