Les avocats et l'épouse de Cosby demandent la récusation du juge avant de prononcer la peine

Camille Cosby, qui assistait aux plaidoiries finales du procès pour agression sexuelle de M. Cosby en avril, souhaite que le juge se récuse avant de prononcer la peine.

PHILADELPHIE – Deux semaines seulement avant la condamnation de Bill Cosby, sa femme et son équipe de défense ont demandé mardi au juge Steven T. O'Neill, qui a présidé l'affaire d'agression sexuelle, de se récuser, arguant qu'il n'avait pas divulgué une amère querelle avec un témoin clé dans l'affaire.

M. Cosby risque jusqu'à 30 ans de prison après avoir été reconnu coupable en avril d'avoir agressé Andrea Constand, un ancien membre du personnel de l'Université Temple, à son domicile près de Philadelphie en 2004. Il a été condamné lors d'un nouveau procès après les jurés de la première procédure judiciaire, en 2017, n'est pas parvenu à un verdict.

Le procureur du comté de Montgomery, Kevin R. Steele, qui a poursuivi l'affaire, a rejeté la requête de la défense en tant que tentative désespérée de 11 heures pour arrêter la condamnation, qui est prévue les 24 et 25 septembre.



Le témoin, un ancien procureur de district, Bruce Castor, a déclaré lors d'une audience préliminaire en 2016 qu'il avait décidé des années plus tôt de ne pas poursuivre M. Cosby parce qu'il pensait qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves. Il a dit qu'il avait promis à M. Cosby à l'époque que le bureau ne poursuivrait pas une telle affaire afin de l'inciter à témoigner dans une affaire civile intentée par Mme Constand. M. Cosby a finalement payé un règlement de 3,4 millions de dollars dans cette affaire.

Mais le juge O'Neill a laissé l'affaire pénale Cosby se poursuivre après avoir constaté que les procureurs actuels n'étaient pas liés par la décision de M. Castor, en partie parce que la seule preuve écrite d'un tel accord était un communiqué de presse que M. Castor avait publié en 2005. Le juge O 'Neill a également jugé que M. Castor manquait de crédibilité.

Comprendre l'affaire d'agression sexuelle de Bill Cosby

Bill Cosby a été libéré de prison le 30 juin 2021, après que la Cour suprême de Pennsylvanie a annulé sa condamnation de 2018 pour agression sexuelle. Maintenant, les procureurs demandent à la Cour suprême des États-Unis d'annuler la décision.

    • Pourquoi il a été libéré : voici un répartition des problèmes juridiques entourant la décision d'annuler la condamnation.
    • Ce que pensent les analystes juridiques : La décision de la Cour suprême de Pennsylvanie a ouvert un débat exceptionnellement vigoureux au sein de la communauté juridique.
    • Moments clés : Voici une chronologie du déroulement de l'affaire.
    • L'avenir incertain de Cosby : Les experts disent que c'est peu probable que la décision change la perception du public de l'ancienne star .
    • L'héritage de « The Cosby Show » : Wesley Morris, un critique du Times, sur ce qu'il faut faire de notre penchant pour la série.

Les avocats de M. Cosby soutiennent maintenant que le juge O'Neill aurait dû divulguer ce qu'ils ont décrit comme un conflit personnel désagréable avec M. Castor qui, selon eux, aurait pu affecter son impartialité. Dans les documents judiciaires, l'équipe de Cosby retrace le conflit jusqu'à une campagne il y a deux décennies, lorsque les deux hommes se disputaient l'investiture républicaine pour le procureur du comté de Montgomery.

M. Castor était alors l'un des principaux adjoints du bureau du procureur de la République et M. O'Neill exerçait en pratique privée. L'équipe de Cosby a déclaré que M. Castor avait ordonné à une femme qui travaillait dans le bureau - et avec qui M. O'Neill était sorti lorsqu'il était séparé de sa femme - de se présenter à un débat de campagne dans une tentative apparente de secouer ou de distraire M. O'Neill.

Dans le dossier, l'avocat de M. Cosby, Joseph P. Green, affirme que M. O'Neill a par la suite confronté avec colère M. Castor et que la relation entre les deux hommes est devenue de plus en plus acrimonieuse et le reste à ce jour.

Le conflit amènerait toute personne raisonnable, y compris tout juge raisonnable, et une minorité importante de la communauté laïque, à conclure que le tribunal ne pourrait pas être impartial quant à la crédibilité de M. Castor, selon la requête.

L'équipe Cosby demande au juge d'annuler sa décision de février 2016, dans laquelle il a rejeté une requête de la défense visant à rejeter les charges contre M. Cosby, et à se retirer de toute autre procédure dans l'affaire.

La semaine dernière, les procureurs ont demandé au juge O'Neill d'autoriser plusieurs autres accusateurs à se joindre à Mme Constand pour témoigner lors de l'audience de détermination de la peine afin de présenter leurs récits d'abus sexuels commis par M. Cosby.

L'équipe de Cosby cherche à bloquer de tels témoignages et a fait valoir mardi que le juge devrait se récuser au motif qu'il est plus susceptible de croire aux allégations contestées d'abus, car sa femme travaille comme conseillère en abus sexuels à l'Université de Pennsylvanie. En mars, le juge a rejeté une demande de défense similaire, affirmant que les convictions et les activités professionnelles de sa femme ne m'influencent pas d'un iota.

Au moment du dépôt de la requête en justice, l'épouse de M. Cosby, Camille, a publié une déclaration appelant le juge à divulguer l'historique de sa relation avec M. Castor. Que ce juge, a-t-elle dit, cacherait son parti pris et déciderait qu'on ne pouvait pas faire confiance à son rival, l'ancien procureur, pour donner un témoignage véridique, montre que le juge a laissé ses sentiments personnels l'emporter sur le droit de M. Cosby à un procès équitable. Elle a également publié une déclaration en avril, après le verdict du jury, accusant le juge de collaborer avec arrogance avec les procureurs.

Lynne Abraham, avocate et ancienne procureure du district de Philadelphie, a qualifié la motion de « Je vous salue Marie » qui n'était basée sur aucune théorie juridique selon laquelle le juge avait agi de manière imprudente. Alan Tauber, un avocat de la défense de Philadelphie, a prédit que le juge dirait qu'il n'avait aucune rancune et n'avait aucune animosité concernant les actions de campagne de M. Castor.

M. Castor, maintenant en pratique privée, n'a pas répondu aux demandes de commentaires. Stacey Witalec, porte-parole du Bureau administratif des tribunaux de Pennsylvanie, a déclaré qu'il était peu probable que les administrateurs des tribunaux fassent des commentaires au nom du juge O'Neill.

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt