«Le machiniste», a expliqué

L'écrivain américain William Faulkner a dit un jour: «Les gens pour qui le péché n'est qu'une question de mots, pour eux le salut n'est que des mots aussi. Peut-être que ces mots ne sont pas seulement des mots destinés au papier mais à la vie elle-même. Combien de personnes commettent des péchés et cherchent à atteindre le salut? Combien cherchent à vivre une vie sans culpabilité tout en commettant des péchés en chemin? Ces questions, bien qu’elles soient assez difficiles à répondre, sont peut-être mieux répondues par le trouble Trevor Reznik dans le thriller psychologique «Le machiniste».

Réalisé par l'écrivain-cinéaste américain Brad Anderson, «The Machinist» suit la vie de Trevor Reznik, un machiniste qui souffre d'insomnie et de problèmes psychologiques. Ce malaise mental constant l'amène à avoir des combats et des disputes continus avec ses collègues. La détérioration de sa santé mentale le conduit à être renvoyé de son lieu de travail après un grave accident impliquant un collègue. Avec lui étant ostracisé de la société, le film raconte sa spirale descendante de paranoïa et d'illusion.

Dirigé par l'acteur britannique Christen Bale, le film est connu pour ses profondes nuances psychologiques et ses idées de salut et de culpabilité. Faisant partie du spectre de la filmographie initiale de Bale qui le qualifiait d’acteur de méthode, le film est parfaitement modelé par sa performance effrayante. Écrit par le scénariste américain Scott Kosar, le film est intrinsèquement construit autour du développement du personnage qui formule le discours narratif suivant. L’aide est la sombre cinématographie de Xavi Giménez qui met en valeur l’inconfort mental, la douleur et le traumatisme de Trevor.



Le récit du film est entrelacé par une variété de thèmes, de motifs et de symboles qui structurent le thriller psychologique. Sous des aspects tels que la connaissance de soi, les tendances comportementales de la société, la culpabilité et la conscience, 'The Machinist' est une histoire de salut inaccessible. Dans cet article, j'essaie de comprendre comment le récit de «The Machinist» se déroule vers le point culminant choquant. Cet article déconstruit l'intrigue et discute plus en détail des thèmes, des motifs, des symboles et des personnages qui forment l'essence du film.

La parcelle

«The Machinist» met en vedette Christian Bale dans le rôle du machiniste titulaire, Trevor Reznik, qui souffre d’insomnie, étant ainsi immensément émancipé. Sa santé et son apparence qui se détériorent éloignent ses collègues. Les choses empirent quand ils se retournent contre lui lorsqu'il est impliqué dans un accident qui fait perdre son bras gauche à son collègue Miller, parce qu'il a été distrait par un collègue inconnu nommé Ivan. Il est ostracisé lorsqu'il s'avère qu'aucun des travailleurs ne connaît Ivan, ce qui les amène à soupçonner Trevor d'être insensible et fou. Cependant, Trevor a une lueur d'espoir à Stevie, une prostituée avec une véritable affection pour lui, et avec Maria, une serveuse dans un restaurant d'aéroport qu'il fréquente.

Trevor est également hanté par de brefs flashs d'images récurrentes et de cauchemars. Pour ajouter à l'obscurité, une mystérieuse série de post-it apparaît sur son réfrigérateur, représentant un jeu de bourreau. Continuellement troublé par les vagues incidents qui l'envoient encore plus dans la paranoïa, il tente d'établir une relation avec Maria. Dans une série d'événements de ce genre, il la rencontre avec son fils Nicholas dans un parc d'attractions. Intéressé par une balade à domicile appelée «Route 666», Trevor accompagne Nicolas mais les choses tournent mal car les lumières clignotantes provoquent une crise d'épilepsie chez l'enfant. Ces événements bizarres continus rendent Trevor paranoïaque et il commence à soupçonner que les événements bizarres sont un effort concerté de quelqu'un pour le rendre fou. Pour tenter de comprendre ces événements bizarres, Trevor trouve plusieurs petits indices. Une photo d'Ivan pêchant avec le collègue de Trevor, Reynolds, qu'il découvre dans le portefeuille d'Ivan quand Ivan le laisse sans surveillance dans un pub, le conduit à de nouvelles spéculations. Cependant, la paranoïa continue de Trevor le pousse à s'en prendre aux gens et à s'aliéner complètement de tout le monde. Trevor oublie de payer ses factures de services publics et son électricité est déconnectée.

Au milieu de cet isolement, Trevor remarque un jour qu'un liquide sombre et visqueux commence à couler hors du congélateur, recouvrant la porte du réfrigérateur de stries de ce qui semble être du sang. Soupçonnant à nouveau la main d'Ivan, Trevor, pour l'affronter, tente de retracer sa plaque d'immatriculation. Il suit la voiture d'Ivan pour lire sa plaque d'immatriculation, mais tombe en panne d'essence pendant la poursuite. Il essaie d'obtenir le numéro auprès d'un commis DMV, mais on lui dit que les informations personnelles ne peuvent être divulguées que si un crime a été commis. En entendant cela, Trevor se jette devant une voiture pour accuser Ivan d'avoir commis un délit de fuite. Cependant, en déposant un rapport de police avec le numéro d’immatriculation de la voiture d’Ivan, Trevor apprend que la voiture est la sienne, dont il avait signalé le total du véhicule il y a un an. Sans autre option, Trevor fuit le poste de police pour vivre avec Stevie. Alors que les choses semblent joyeuses, il trouve la photo d'Ivan et Reynolds encadrée chez elle et l'accuse de conspirer contre lui. Confus, Stevie dit que l'image est de Reynolds et Trevor, mais il refuse de la regarder et est jeté après un conflit verbal.

Pour trouver un peu de compassion, Trevor va à la rencontre de Maria au restaurant de l'aéroport, mais à sa grande surprise, une serveuse inconnue lui dit qu'ils n'ont jamais eu d'employée nommée Maria. La serveuse au comptoir dit à Trevor qu'elle le sert tous les jours depuis un an, et pendant tout ce temps, il parlait si peu qu'elle a commencé à penser qu'il était muet.

Plus tard dans la journée, Trevor remarque qu'Ivan emmène Nicolas dans l'appartement de Trevor. Craignant la sécurité de Nicholas, il affronte Ivan, seulement pour le tuer après une bagarre. Dans une tentative de cacher le corps, Trevor tente de déjouer Ivan dans un tapis, mais a soudainement des flashbacks d'une photo qui montre Trevor avec Reynolds, qu'il a vu dans l'appartement de Stevie. Puis, alors qu'il essaie de se débarrasser du cadavre d'Ivan en le roulant dans un tapis et en le jetant dans l'océan, il constate qu'il n'y a personne dans le tapis. Soudain, une torche lui clignote par derrière, et il est révélé qu’Ivan est, à la plus grande confusion de Trevor, vivant.

Trevor se rend compte qu'il avait halluciné par culpabilité, fixant ainsi un miroir, prononçant les mots: «Je sais qui vous êtes. Il est révélé qu'il y a un an, Trevor a couru et tué un garçon identique à Nicolas après avoir quitté la route des yeux pour utiliser l'allume-cigare de la voiture, dont la mère du garçon a été témoin, identique à Maria. Craignant d'être poursuivi, il a décidé de partir. Cependant, cet acte de lâcheté et d'injuste le rend culpabilisé, provoquant ainsi insomnie, émaciation et mémoire refoulée. Il est alors révélé qu'Ivan est le fruit de l'imagination de Trevor et une manifestation de lui-même avant l'accident. Trevor se dirige vers le jeu du pendu susmentionné, remplissant les lettres manquantes, qui signifient «tueur». Dans une tentative de fuite, il reconsidère sa décision et se rend au quartier général de la police. Il voit Ivan, encourageant sa décision, et à la réception du poste de police, il avoue le cas de délit de fuite. Deux policiers escortent Trevor dans une cellule, où il déclare son désir de dormir et le fait pour la première fois en un an.

Insomnie

L’insomnie est le premier symbole qui aide les téléspectateurs à comprendre l’état d’esprit de Trevor. Le récit principal met en vedette Trevor contemplant sa disparité de ne pas pouvoir dormir et le récit se termine par le fait qu'il est enfin capable de bien dormir. La privation de sommeil est utilisée pour chevaucher le thème du salut. On pourrait contester le fait que les hallucinations faisaient partie d'un cauchemar, prouvant le fait qu'il ne souffre pas d'insomnie mais d'horribles cauchemars. Une telle théorie a une certaine plausibilité car il pourrait avoir des hallucinations tout en somnolant dans la journée, en raison de son incapacité à dormir la nuit. Lorsque Trevor apprend qu'Ivan, Maria et Nicholas n'étaient que des parties de son hallucination culpabilisée, cela montre l'instabilité de son esprit. Le film ne conteste pas sur le thème l'insomnie. C'est juste un moyen d'esquisser ses traits de caractère successifs. Le film utilise l'insomnie comme métaphore de son manque de sommeil en raison de la culpabilité et de la culpabilité.

Culpabilité

Le dispositif narratif qui déclenche l’arc des personnages de Trevor est le thème de la «culpabilité». À travers la progression du film, nous remarquons un air glacial qui plane dans le récit. On montre que Trevor est immensément émancipé. Dans une scène, tout en parlant à sa petite amie Stevie, Trevor fait saillie en plaisantant ses côtes, présentant une image déchirante de son corps. Sa santé se détériore car il souffre d'insomnie et voit de terribles cauchemars.

«The Machinist» aborde une variété de théories de «psychologie anormale». Le film explore la culpabilité qui joue un rôle crucial dans le développement de l’inconfort mental et, dans le cas de Trevor, de l’insomnie à la paranoïa délirante. L’accent accru mis sur l’hallucination de Trevor met également en évidence l’aspect de la «schizophrénie induite par la culpabilité». Le comportement erratique de Trevor a des influences de certains types de trouble bipolaire et de trouble des hallucinations auditives. Le récit traite également du changement de comportement intrinsèque de Trevor aidé par la névrose sous-jacente, qui relie le comportement de Trevor et sa culpabilité. Trevor présente des symptômes de TOC et comme nous voyons ses comportements de nettoyage compulsifs. Si on le regarde attentivement, il est obsédé par le lavage des mains. Le film relie son TOC à la culpabilité, car le lavage des mains symbolise Trevor en train de laver le sang de ses mains.

La fin et les personnages

Ivan: Ivan est créé pour représenter la culpabilité de Trevor. La conscience troublée, Ivan agit comme une manifestation de lui-même et de son passé. Ivan n'est pas seulement la manifestation de sa culpabilité, mais aussi une manifestation de lui-même. Dans les scènes culminantes, alors que Trevor tente de forcer Ivan à se confesser, apprend que la voiture d'Ivan est en fait la sienne. Il conduisait la même voiture que Trevor avait apparemment détruite après l'accident. On voit aussi qu'Ivan a une apparence étrange, en particulier son pouce coupé, qui est remplacé par un orteil. L'apparence symbolise le péché que Trevor avait commis. La présence d'Ivan est un rappel constant de l'acte insensible avec lequel Trevor s'était enfui. À la fin, alors que Trevor se rend, Ivan sourit, approuvant avec reconnaissance. Le rôle d'Ivan avait atteint son véritable objectif.

Marie et Nikolas: Bien que Marie et Nicholas semblent être les seules personnes aux intentions nobles et bonnes, nous apprenons que c'est aussi le fruit de l'imagination de Trevor. Créé par lui dans une tentative de réduire sa profonde culpabilité, la lente progression de la folie est déclenchée. Il s'avère que Nikolas était l'enfant que Trevor a accidentellement tué et Marie était sa mère. Dans un sens profond de vivre dans un monde sans conséquences, le lien que Marie et Nicolas partagent avec lui est sa façon d'alléger le fardeau de la culpabilité. Cela met également en lumière le fait qu'ils le considèrent comme un «homme bon», un compliment qu'il a essayé de prouver sa conscience pure et juste.

Le temps préfigure également leur rôle dans ses expériences hallucinatoires. Trevor et le duo mère-fils décident de se retrouver au parc d'attractions de 1h30 , l'heure exacte de l'accident. Il a également révélé que Trevor et sa mère avaient l'habitude de visiter le même parc d'attractions. Le lien Maria et Nicholas signifie la relation partagée entre un enfant et sa mère - un facteur qui le hante encore plus.

Motifs

Route 66: L’importance de la mort de Nicolas est d’abord mise en évidence lorsqu’il a une crise d’épilepsie alors que lui et Trevor font le tour «Highway to Hell». Le court voyage présente l’état d’esprit tourmenté de Trevor. Lorsque Nicolas a l'attaque, Trevor l'emmène consciencieusement à l'hôpital, ce qu'il aurait dû faire lors de l'accident. L’attaque épileptique de Nicolas n’est qu’une partie de l’hallucination et un moyen de justifier le fait que Trevor est un homme aux actions et aux pensées nobles.

Le réfrigérateur et les notes: Le réfrigérateur et les notes qui y sont collées ont également une importance immense pour esquisser l'état de détresse émotionnelle de Trevor. Il y a des plans uniques du réfrigérateur et dans une scène, le sang coule, augmentant le niveau de curiosité. Les notes, qui sont en fait un jeu de pendu, sont remplies par quelqu'un et il n'est pas clair de savoir qui termine le jeu. Cependant, comme révélé plus tard, le jeu a en fait été terminé par Trevor lui-même. C'est peut-être sa culpabilité qui écrit le mot à six lettres - «Killer».

Dernier mot

«The Machinist» est un regard profond et sombre sur la psyché d’une personne. Il explore les thèmes de la tension et de la nervosité. Avec un scénario cohérent et une mise en scène bien exécutée, le personnage de Bale montre comment la culpabilité peut rendre une personne folle, ce qui peut entraîner des conséquences beaucoup plus meurtrières.

En savoir plus dans les explications: Début | Shutter Island

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt