Critique : Beckett est un thriller politique ancré qui bouleverse parfois les conventions de genre

En ce qui concerne les histoires de chasse à l'homme, la plupart des projecteurs sont mis sur un personnage central qui fuit quelque chose ou est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Vous vous souvenez de North by Northwest d'Alfred Hitchcock ? Tout comme le titre susmentionné, Ferdinando Cito Filomarino, protégé et collaborateur fréquent de Luca Guadagnino (Call Me by Your Name) dans son deuxième film, fait tourner les roues autour de Beckett joué par John David Washington.

Ignorant et ignorant comment sa vie allait se dérouler après un accident, Beckett est en vacances en Grèce avec sa petite amie bien-aimée April (Alicia Vikander). Le couple vient d'avoir une grosse dispute et le film commence quand les deux se réveillent le lendemain matin. Comme les touristes américains typiques, ils passent leur journée à errer dans des lieux d'importance historique et agréable.

Le réalisateur Filomarino s'assure qu'il nous glisse lentement dans la vie du personnage principal. Les scènes initiales sont utilisées pour établir que Beckett est un homme ordinaire et ordinaire. Contrairement à sa petite amie qui connaît un peu le grec, c'est quelqu'un qui se retrouvera dans une impasse lorsqu'il essaiera de communiquer avec les résidents. Pour ajouter à cela, c'est aussi quelqu'un qui est maladroit; il oublie les choses importantes qui doivent être faites.



Pour le dire clairement, il n'est pas le personnage héroïque typique que l'on trouve dans un film comme celui-ci. Son personnage au sol n'est pas idéal pour une personne qui se réveille après un tragique accident de voiture, pour fuir les autorités de l'État qui sont déterminées à le tuer. La situation l'oblige à se réveiller. L'homme ordinaire pas si idéal doit faire de son mieux pour lutter pour son droit à la vie.

Le film ne laisse pas à Beckett le temps de comprendre exactement ce qui se passe. Lorsqu'il revisite le lieu de son accident, il est acculé par un couple de policiers qui commencent à lui tirer dessus. Avant même de pouvoir comprendre ce qui ne va pas, il est obligé de se débrouiller seul. Le reste du récit le trouve en train de faire de son mieux pour s'éloigner des montagnes isolées et trouver son chemin vers la ville où se trouve l'ambassade des États-Unis.

Dans sa petite aventure sur la route, il rencontre une bande de Samaritains, faisant de son mieux pour échapper aux griffes des méchants flics qui semblent le traquer partout. Également dans le mix est un tour d'invité par l'évasion de Phantom Thread Vicky Krieps. Elle incarne Lena – une jeune militante politique essayant de retrouver le parent disparu d'un leader de gauche qui tente de réformer le centre de la nation en mettant fin au régime fasciste. L'intrigue s'épaissit lorsque Beckett se rend compte que cette prétendue chasse à l'homme et sa volonté de vivre ont des inhibitions plus profondes.

En ce qui concerne le film lui-même, Ferdinando Cito Filomarino et le co-scénariste Kevin A. Rice imprègnent leur personnage central de suffisamment de gravité. Comme mentionné précédemment, c'est un homme ordinaire qui semble être dans le mauvais film. Ce n'est pas un ancien marin, un ancien membre du personnel de sécurité ou même quelqu'un qui va au gymnase de temps en temps. En fait, c'est quelqu'un qui est devenu si décontracté dans la vie qu'il n'a plus d'ambitions. Ainsi, lorsque la chasse à l'homme démarre réellement, il est d'abord difficile pour les gens de croire qu'un personnage comme lui irait à un tel point et se battrait pour sa vie.

Cependant, lorsque vous le regardez comme un homme simple, vous vous rendez compte que lorsque des circonstances comme celle dans laquelle se trouve Beckett arrivent; on ne peut s'empêcher de faire de son mieux pour survivre. L'écriture de Rice et Filomarino lui-même garantit qu'il n'est pas dépeint comme un surhumain qui découvre soudain la fin héroïque de son existence. C'est quelqu'un qui se fatigue, qui est rempli d'une douleur extrême et qui pleure aussi la tragédie qui l'a frappé

Le film ne vacille que lorsqu'il s'articule commodément avec le scénario afin de ne pas perturber le flux organique de l'intrigue. La politique que le film explore est également assez mince et semble superficielle, laissant le public égaré. Lorsque Beckett doit faire des choix politiquement motivés vers la fin, en particulier lorsqu'il doit choisir entre l'étape la plus humaine ou sauver son propre cul, le dénouement de tout cela ne semble pas nécessairement logique.

Pour ajouter à cela, John David Washington, qui heureusement sous-estimé ici, n'est pas si bon que Beckett. Il parvient à aider le public à croire en sa personnalité plutôt ancrée, mais lorsqu'il s'agit d'être dans des moments de caractère fragile, il ne livre pas. Les acteurs de soutien qui comprennent Vicky Krieps, Alicia Vikander et Boyd Holbrook sont tous dotés de personnages unidimensionnels qui n'ajoutent pas grand-chose à l'ensemble de la procédure. Alors que ces acteurs exceptionnels font de leur mieux, le manque de motifs de personnages attribués à leur personnage ne les rend même pas mémorables.

Cela dit, la conspiration politique qui se déroule en Grèce offre un cadre crédible. Étant donné que le pays a déjà connu une crise politique et économique, l'atmosphère nécessaire à une chasse à l'homme comme celle-ci fonctionne parfaitement. J'ai aussi aimé le fait que tout ce qui est dit en grec n'est pas sous-titré dans le film. Cette étape nous met à la place de Beckett et du manque de terrain d'entente en matière de communication ; aide à renforcer encore plus la tension. Un autre point fort du film est le score de Ryuichi Sakamoto qui n'augmente pas le frisson ici. Au lieu de cela, il accompagne soigneusement le tumulte qui se déroule dans le film et vous amène à comprendre un peu mieux le déroulement.

Dans l'ensemble, Beckett fonctionne comme un retour aux thrillers de chasse à l'homme du passé. Travaillant sur les contours définis par The Thirty-Nine Steps de John Buchan, le film est capable de bouleverser certaines conventions de genre majeures et de se présenter comme un artiste qui fait ce qu'il promet.

Note : 3/5

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt