#Alive: Fin expliquée

«#Alive» est un film pour l’ère COVID-19. Le dernier en date du réalisateur Cho Il-hyung a une étrange ressemblance avec le monde tel qu'il se présente, évoquant un sentiment étrange de déjà-vu. Avec Yoo Ah-in et Park Shin-hye, «#Alive» raconte l’histoire poignante de solitude au milieu d'un zombifier épidémie. Bien que situé dans des univers très différents, la prémisse de «#Alive» semble familière.

L'intrigue # Alive: un signe des temps

Notre protagoniste, Joon-woo se réveille un jour dans un monde mis à genoux par un virus. Le virus, qui transforme les gens en zombies hurlants et mangeurs de chair, s'est frayé un chemin dans les masses. Malheureusement pour Joon-woo, son complexe d'appartements est rapidement devenu un hotspot. Les gens poussent, tirent et mordent hors des gratte-ciel voisins alors que Joon-woo regarde avec horreur.

C'est ici que «#Alive» commence à frapper trop près de chez vous. Une forte densité de population contribue à la propagation du virus. Avec des zombies errant dans les rues à la recherche de viande fraîche et aucun autre survivant qu'il ne connaisse, notre protagoniste n'a d'autre choix que de se couper du reste du monde, comme s'il était en auto-quarantaine. Qu'ils soient intentionnels ou non, les parallèles établis entre le sombre univers «#Alive» et le nôtre sont choquants.



Joon-woo repousse les zombies en garant un réfrigérateur devant sa porte, en fermant ses fenêtres et en restant strictement à l'intérieur. La nourriture et l'eau commencent à se raréfier et les signaux du réseau sont pratiquement inexistants. Malgré une connexion Internet faible, Joon-woo réussit à publier un appel à l'aide sur les réseaux sociaux. Quand, par un coup de chance, Joon-woo parvient à communiquer avec sa famille, il est accueilli par des sons de ceux-ci étant mutilés par des zombies. Le film accompagne alors tranquillement la descente de Joon-woo dans la dépression, peut-être pour susciter chez le spectateur le même sentiment de désespoir cahoteux.

Découragé et terriblement solitaire, Joon-woo décide qu'il vaudrait mieux mourir. Au moment où il est sur le point de succomber au suicide, il repère le signe d’une autre vie. Une lumière laser brille sur son visage. Dans l'appartement juste en face du sien, se tient une fille, Yoo-bin, qui l'observe attentivement. Abandonnant toute idée de suicide, Joon-woo se dirige vers la fenêtre pour faire sa connaissance. Compte tenu de leurs circonstances, les deux forment une amitié rapide.

Nous découvrons que Yoo-bin a survécu à peu près de la même manière que lui: des portes barricadées, des armes de fortune et des nerfs d'acier. Incapables d'échapper aux confins de leurs appartements, les deux survivants trouvent des moyens ingénieux de combler le fossé rempli de zombies entre eux. Ils communiquent via des talkies-walkies et échangent des fournitures grâce à une tyrolienne de bricolage, tout en gardant à distance les zombies sanguinaires. Ils commencent à élaborer un plan pour s'échapper de leurs appartements désolés et se réunissent dans (ce qui semble être) un étage désert du bâtiment de Joon-woo.

#Alive: Fin

«#Alive» décolle comme une montagne russe, commençant par une montée lente dans la première mi-temps et atteignant un crescendo assourdissant dans la seconde. Le plan de Joon-woo et Yoo-bin prend un bon départ. Yoo-bin se dirige vers le bâtiment de Joon-woo à la manière des assassins de zombies et Joon-woo est un excellent acolyte pour tuer les zombies. Mais quand ils arrivent sur le sol désert, ils découvrent que ce n’est pas aussi désert que cela puisse paraître. Des zombies se cachent dans tous les coins, avides de leur prochain repas.

Leur chevalier en armure étincelante est un homme d'âge moyen nommé Lee Sang-chul qui vient avec des pièges sous forme de bombes fumigènes. Il emmène habilement les survivants dans son appartement et devance les zombies. Il gagne la confiance de Joon-woo et Yoo-bin en leur parlant d'une équipe de secours qui viendra bientôt chercher des survivants. Mais hélas, leur chevalier, lui aussi, n'est pas ce qu'il semble. Il drogue les deux survivants et jette Yoo-bin dans une pièce fermée à clé pour nourrir sa femme devenue zombie. Yoo-bin parvient à conjurer les avances du zombie jusqu'à ce que Joon-woo déverrouille la porte. Le zombie s'accroche alors à son mari et enfonce ses dents noueuses en lui, juste avant que Yoo-bin ne les tue.

Yoo-bin et Joon-woo sont frappés par la vue du couple mutilé. Yoo-bin jette l'arme dans les mains de Joon-woo, abandonnant l'espoir qu'une équipe de secours arrive et ne voulant pas devenir l'un des morts-vivants. Mais le tourbillon miraculeux des rotors d'hélicoptère empêche Joon-woo d'appuyer sur la détente. Avec un espoir renouvelé, les deux se dirigent vers la terrasse, mais non sans une armée de zombies sur leurs talons. L'équipe de secours arrive à temps et Yoo-bin et Joon-woo sont secourus en toute sécurité.

Que deviennent Yoo-bin et Joon-woo?

Le sentiment de solitude paralysant est un thème récurrent tout au long du film. Tous les personnages du film sont émus par leur sens de la solitude et de la séparation. Joon-woo est poussé à penser au suicide lorsqu'il apprend que des zombies ont peut-être mutilé sa famille. Yoo-bin cherche du réconfort dans Joon-woo après des jours passés dans le soi-disant lockdown. Lee Sang-chul apaise sa solitude en ne lâchant pas sa femme zombifiée. Cho Il-hyung brosse un tableau sympathique de la façon dont les gens font face à la solitude, développant même des attachements à des versions déformées de leurs proches.

Lorsque Yoo-bin et Joon-woo se retrouvent, ils trouvent un terrain d'entente dans l'isolement qu'ils ont subi. Ils font équipe et s'unissent pour surmonter ce qui semble être un défi insurmontable.

L'univers de # Alive bat-il le virus?

Cela nous amène à notre prochain thème: la solidarité. En fin de compte, «#Alive» se présente comme un film qui célèbre le triomphe de l’esprit humain. A part, Yoo-bin et Joon-won sont découragés et pessimistes. Ensemble, ils tirent le meilleur parti d'un essaim de zombies et s'en sortent vivants. Alors qu'ils survolent la ville en hélicoptère, nous entendons des histoires de sauvetage diffusées. En utilisant les réseaux sociaux, les opérateurs de sauvetage ont réussi à retrouver et à secourir un certain nombre de survivants, Joon-woo étant l'un d'entre eux. En bref, le film est une ode à la solidarité humaine et à l'étendue des épreuves qu'il peut surmonter. Nous pouvons présumer que, bien que l’univers de «# Alive» ait traversé une épreuve que même l’épuisant ne commence pas à décrire, il finit par vaincre le virus avec l’unité et l’harmonie.

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt