Essayer d'être pertinent dans les ombres d'AMC

Les stars du drame AMC Hell on Wheels incluent, au premier plan à partir de la gauche, Anson Mount, Philip Burke et Ben Esler. L

Ça ne doit pas être facile d'être le drame oublié sur une chaîne qui n'a que six drames, mais c'est le destin de L'enfer sur roues, qui commence sa troisième saison sur AMC samedi soir.

Dans l'ombre des succès d'AMC comme Mad Men, Breaking Bad et The Walking Dead, et encore moins parlé que les soldats de The Killing, Hell on Wheels, avec une moyenne d'environ 2,4 millions de téléspectateurs dans sa deuxième saison – un niveau que Breaking Bad n'a pas connu 't atteindre jusqu'à son cinquième. Pour sa peine, Hell on Wheels a été déplacé de dimanche à samedi, où son audience va probablement se réduire.

Il y a des raisons à la négligence, dont certaines n'ont rien à voir avec le mérite. Le genre n'est pas vraiment en plein essor en ce moment. Pour autant que je sache, Hell on Wheels est le seul western d'époque actuellement produit pour la télévision américaine. Et son titre, une référence au campement sordide et mobile des travailleurs de l'Union Pacific construisant le chemin de fer transcontinental, est agréable en théorie mais déroutant en pratique. Les téléspectateurs occasionnels peuvent encore penser qu'il s'agit d'une série d'horreur, ou la confondre avec le drame de gangs de motards Sons of Anarchy.



Si vous dépassez ces obstacles, Hell on Wheels est, après tout, le canard étrange de la gamme AMC – moins lourd, intense et littéraire que ses compagnons, avec un look brillant et non filtré qui ressort au milieu de la morosité polie qui caractérise la chaîne .

Le spectacle fait partie de la longue tradition désormais largement calcifiée des westerns révisionnistes, décrivant la construction du chemin de fer comme un carnaval de mauvaise qualité mais nécessaire de cupidité, d'exploitation et de violence. L'habillage standard est plein - prédicateurs et putains, cavalerie en costume bleu, Indiens en maraude - et tandis que les écrivains s'efforcent de capturer les ambiguïtés morales du destin manifeste, une grande partie de l'action s'inscrit comme les clichés habituels de la frontière.

Au cœur de la série, cependant, se trouve quelque chose d'un peu différent, ou du moins un peu plus intéressant : la relation entre les deux protagonistes masculins, l'ancien soldat confédéré Cullen Bohannon (Anson Mount) et le cheminot Elam Ferguson (Common) , un esclave affranchi. Une alliance épineuse fondée sur le respect mutuel et constamment menacée à la fois par l'histoire et le présent, circonstance désagréable, elle est plus subtile et émouvante que votre bromance télévisée moyenne et fait ressortir le meilleur de Common et de M. Mount.

Au début de la saison 3, Elam et Cullen se dirigent vers New York, où Cullen tentera de reprendre le contrôle de la construction de l'Union Pacific tandis qu'Elam se fait passer pour son valet. Le complot de vengeance des deux premières saisons de la série – avec Cullen poursuivant les soldats de l'Union qui ont tué sa femme – est en veilleuse pour le moment, et l'accent est mis plus fermement sur le chemin de fer et ses progrès de trois kilomètres par jour.

Dans la première de la saison de samedi, ces progrès sont mêlés aux droits de propriété, à la religion et aux valeurs familiales des années 1860 d'une manière qui donne un ton sombre pour l'avenir du chemin de fer. Si Hell on Wheels ne peut pas compter sur une quatrième saison, au moins elle sortira avec des armes à feu.

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt