Ratatouille est le meilleur film Pixar. Voici pourquoi.

Cette semaine, j'ai eu du temps libre alors je suis allé à ma collection de DVD. J'ai réalisé que mes doigts s'attardaient sur la section d'animation. Les films d'animation ont toujours été un moyen infaillible de se déstresser et de s'amuser. J'ai vu et aimé toutes sortes d'animations; animation complète traditionnelle (Le Roi Lion, Aladdin), la Rotoscopie légèrement désorientante (Waking Life), étrange animation de marionnettes (Coraline), claymation presque enfantine (Anomalisa), animation Cel-shaded (Akira), Motion Capture réaliste (Les Aventures de Tintin) ) et un anime d'une beauté douloureuse (Grave of the Fireflies). Mais dans la domination complète de l’animation générée par ordinateur des 20 dernières années, un fan du style artistique du travail de Miyazaki est assez peu impressionné car malgré l'animation presque réelle, ils ne font à peine aucune impression réelle.

Pixar a été un studio exceptionnel apportant des films incroyables qui se trouvent juste être animés. Et cela les différencie des autres. Dans une certaine mesure, DreamWorks a également bien fonctionné et Disney reste fort dans le domaine qu'il a fait, mais Pixar est tout simplement impeccable. Donc, Pixar est génial mais qui est le meilleur film Pixar de tous. Tout le monde a ses propres favoris et ils ne cessent de changer à mesure que vous revoyez des films et que vous grandissez. Une chose similaire m'est arrivée récemment.



J'ai ramassé, de mon DVD Ratatouille. Je ne l’avais pas vu depuis un moment, alors je l’ai mis dans mon ordinateur portable et je me suis assis pour le regarder. Pendant très longtemps, en fait depuis sa sortie, 'Wall E' a été mon film d'animation préféré non seulement de Pixar mais en général. Et après avoir regardé «Ratatouille», cela avait changé. J'ai revu le film pour m'assurer que ce n'était pas quelque chose que je ressentais dans le feu de l'action. Et même 4 jours à partir de là, je le maintiens.

«Ratatouille» est l’histoire d’un rat qui a un talent caché qui ne changera peut-être pas le monde entier, mais qui peut faire basculer le monde de quelqu'un au fond. Pour le dire en termes clairs, le rat cuisine. C'est assez cool et super mignon pour un enfant de 10 ans, mais en tant qu'adulte, le symbolisme sur le nez du film est souligné par ses détails plus subtils. La meilleure façon d'analyser le film est de séparer les personnages.

Commençons par le focus du film. Non… ce n’est pas Remy le rat ou Linguini mais Anton Ego. Malgré son temps d'écran limité, Anton Ego est ce qui anime le film. Il est la mort incarnée et franchement effrayant-comme-un-enfer pour le garçon de 10 ans que j'étais quand le film est sorti. L'homme passe son temps dans sa chambre en forme de cercueil devant une machine à écrire en forme de crâne à écrire des critiques qui tuent les restaurants.

Même son titre est Le Grim Eater ! La nourriture est son monde entier. Et il ne tolère que le meilleur. Il passe l'intégralité de son monstre de Frankenstein, mais une chose change tout. Le plat éponyme lui redonne vie. La vie qu'il aimait tant avec sa mère. Et ce flash-back de 25 secondes à son premier goût de la Ratatouille, à mon avis, est tout aussi touchant que le fameux montage d'Up.

Cette simple bouchée le ramène à la vie. Le flash-back nous montre à quel point nous sommes innocents et pleins de vie quand nous sommes enfants, mais avec l'âge, nous devenons sombres, accablés par les attentes, les responsabilités, la perte et l'échec. Et la nostalgie seule, soutenue par une passion brûlante, peut ramener le cœur dans la poitrine d'adultes sans cœur. Anton est même montré en train de dire ceci (bien que dans un rêve):

Linguini: Savez-vous ce que vous aimeriez ce soir, monsieur?

Anton Ego: Oui, j'aimerais que votre cœur soit rôti à la broche.

Et puis en réalité, il commande «& Hellip; Un peu de perspective. C'est tout. Je voudrais une perspective fraîche, claire et bien assaisonnée & hellip; » Il obtient ce qu'il a commandé et cet ordre change sa perspective pour regarder la vie et la nourriture. Il a une nouvelle perspective de regarder la nourriture comme quelque chose qui change la vie plutôt que comme quelque chose pour tuer les rêves. Il perd son ego d'être le gars qui détruit les restaurants et change ainsi pour redevenir vivant.

Le pessimisme d’Anton se heurte à l’optimisme sans fin du «petit chef».

Remy est toujours optimiste sur le fait que lui, un rat, peut devenir chef. Il symbolise tant de choses. Il est le David de l'imposant Goliath qu'est Anton. Il est le paria, préférant les plats cuisinés, dans une famille qui se contente de manger des ordures pour le dîner. Il est ironique. C'est un paradoxe. Mais il est fidèle à lui-même. Remy sait qu'il est différent du reste de sa famille. Il n'est pas naturel mais il se fraye un chemin vers l'inconnu. Il est attiré par sa passion. Il est littéralement balayé par l'odeur de la nourriture. Il ne craint pas le danger tant qu’il cuisine. Même quand il n’est pas satisfait de son environnement, il y reste jusqu’à ce qu’il trouve l’opportunité d’explorer son amour. La romance dans le film est entre Remy et la nourriture. Il sait que son extérieur ne peut pas limiter ses sentiments intérieurs, bien qu'il soit parfois frappé par le doute de lui-même.

Il reste ancré et reste à l'aise dans sa peau même si elle a des poils dessus. Le symbole le plus important est peut-être le fait qu'un rat (peste noire) donne une nouvelle vie à la personnification de la mort, c'est-à-dire Anton Ego.

La famille de rats de Rémy tient également une grande place dans son cœur.

Ils sont gloutons, avides et orthodoxes. Ils fixent des limites et contrôlent Rémy parce qu’il n’en sait pas assez. Son père lui montre même des pièges à souris pour effrayer Rémy de suivre son rêve qui consiste à vivre avec un humain. Son frère, tout en aimant et attentionné, ne peut pas comprendre ce qu'il voit dans la nourriture. Le père contrôlant de Rémy et sa famille illustrent à quel point les soins nous retiennent parfois et comment la société voit quelqu'un qui est différent de la norme. Mais une fois qu'ils voient un pionnier se frayer un chemin et accomplir quelque chose, ils le portent sur leurs épaules. La famille l'aide aussi quand personne d'autre ne reste avec lui.

En revanche, Gusteau qui est un humain (et un fruit de l’imagination de Rémy) encourage Rémy à faire face à ses peurs, à s’accepter et à poursuivre ses ambitions. L'ambition, parallèlement à la persévérance, l'emporte finalement sur les limites.

Fils illégitime de Gusteau et instrument de Rémy, Linguini est un pauvre gâchis de gars. Il n'a aucune force. Il obtient même le poste de garbage boy parce qu'il est le fils de «& hellip; la vieille flamme de Gusteau & hellip;». Il n’a pas d’identité qui lui est propre. Même ses actions qui le rendent célèbre sont contrôlées par un rat dans sa toque. À quel point votre esprit doit-il être bas pour que vous abandonniez le contrôle de votre corps à un rat? Mais il renforce le point au cœur du film. Tout le monde peut cuisiner signifie que si vous aimez cuisiner, vous pouvez cuisiner, peu importe qui vous êtes. Cela ne veut pas dire que tout le monde peut cuisiner. Et pour Linguini, la cuisine n'est pas sa spécialité. C'est un serveur. Il attend les tables, prend les commandes et il le fait en patins à roulettes. C'est son talent. Attendre les tables est son talent. Et n'importe qui peut attendre les tables, alors il le fait avec brio.

En conclusion, le film ne parle pas d'un rat qui cuisine, mais de la façon dont tout le monde peut réaliser ce qu'il veut malgré les défis auxquels il peut être confronté.

Tous les personnages sont censés représenter différentes parties de notre vie. Quand nous sommes jeunes, nous avons le zèle de laisser une impression sur le monde comme Remy. Nous avons une image innocente mais parfois trop ambitieuse de notre avenir et nous ne pouvons accepter qu'elle ne se réalise pas. Puis, lorsque nous réalisons cette vérité, nous devenons doux comme Linguini. Nous visons la reconnaissance et l'appréciation. Craignant l'échec, nous nous adaptons aux normes sociétales et suivons le troupeau avec nos œillères. Cela nous permet de blâmer quelqu'un d'autre si quelque chose ne va pas. Cela nous aide à éviter la responsabilité et le stress qui l'accompagne. Et nous vivons toute notre vie en vivant de cette façon; suivre aveuglément l'aveugle. Et la plupart d'entre nous meurent de ne pas avoir vécu du tout en devenant aussi sans vie qu'Anton. Mais certains d'entre nous vivent un changement. Nous réalisons notre chemin imparfait. Nous nous déplaçons lentement vers les abords du troupeau, puis avec foi en nous-mêmes nous nous acceptons pour qui nous sommes et sautons dehors.

Le monde extérieur ne nous est pas familier et nous devenons des dirigeants de facto sans personne pour nous montrer le chemin. En raison de l'exigence de regarder autour de soi et de se frayer un chemin, nous apprenons à être heureux en faisant l'expérience des petites beautés de la vie comme un plat de ratatouille qui affirme la vie ou la combinaison de fromage et de fraises. Et à la fin, vous atteignez une fin heureuse, pas comme un conte de fées où tout le monde et tout est idéal et s'intègre parfaitement à la fin, mais comme une vie normale où nous sommes heureux et satisfaits de la vie que nous nous sommes faite, aussi stimulante ou stressante soit-elle. peut être. Ratatouille nous apprend à vivre nos vies. Les enfants du public apprécient l'animation amusante tout en apprenant inconsciemment à vivre et les adultes sont obligés de réévaluer leur vie et de reconsidérer les choix qu'ils ont faits. Que peut faire de mieux un film que de vous apprendre la vie elle-même?

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt