Fin de Dunkerque, expliquée

'Dunkerque' ne ressemble à aucun autre film de Nolan que vous avez pu regarder. C'est peut-être son film le plus expérimental depuis 'Memento' et probablement 'Inception'. Il y a d'énormes risques qu'il prend avec celui-ci (à discuter plus tard); qu'ils soient payants ou non sont certainement des questions de choix personnel, mais cela illustre le commandement et une position intransigeante de la part de l'homme.

L'un des plus grands risques était le cadre historique du film. Nolan a, pour la plupart, travaillé sur des scripts originaux rayonnant de nouvelles idées. « Dunkerque » serait son incursion dans un territoire complètement nouveau : un film basé sur un événement historique réel. Alors que je n'avais aucun doute sur la capacité de Nolan à traiter le sujet, j'ai été submergé par la façon dont le réalisateur a réussi à donner au film sa touche inhérente avec le type de sujet qu'il avait, nous donnant un type de film de guerre très différent.

'Dunkerque' est basé sur l'incroyable histoire vraie de l'évacuation de près de 300 000 hommes bloqués, appartenant aux forces alliées britanniques, françaises et belges, après avoir été encerclés par les forces allemandes. Après la bataille de France, les forces alliées sont contraintes de se replier sur la côte nord de la France par la résistance allemande. Les soldats bloqués ont ensuite été sauvés des plages et des ports d'une petite ville française, d'où le nom du film.



Suite à la décision du commandant du Corps expéditionnaire britannique (BEF) d'évacuer le personnel de Dunkerque via la Manche, le Haut Commandement allemand a émis un ordre d'arrêt, chargeant le aviation , sa division militaire de l'armée de l'air pour empêcher l'évacuation à tout prix. Le aviation , bien que confronté à la résistance de la Royal Air Force britannique (RAF), a ainsi fréquemment bombardé et abattu des hordes de soldats piégés, et coulé et détruit de nombreux navires de sauvetage, les faisant pêcher dans un tonneau, attendant leur sort.

Avec l'évacuation en cours, une flotte de sauvetage a été constituée, comprenant des destroyers de la Royal Navy et des centaines de bateaux de pêche, de bateaux marchands et de yachts de plaisance, certains d'entre eux fournis volontairement par des civils dans le but de ramener les soldats impuissants à la maison. Alors que l'opération de sauvetage au large de Dunkerque a commencé lentement, les Britanniques ont pu secourir plus de 300 000 hommes en huit jours, faisant appel aux services de près de 800 véhicules marins. Comme dans toute guerre, les pertes étaient également énormes. Près de 70 000 soldats du BEF ont perdu la vie et toutes les armes, chars et équipements ont dû être abandonnés avant l'évacuation. Le Premier ministre britannique de l'époque, Winston Churchill, l'a qualifié de miracle de délivrance, tout en acceptant qu'il ne s'agissait pas non plus d'une victoire. Les guerres ne se gagnent pas par des évacuations, comme il l'a dit.

Pour un aperçu plus détaillé de l'histoire derrière le film, cet article peut être une bonne lecture. Pour l'instant, sans plus tarder, nous allons expliquer l'intrigue et sa fin.

Résumé de l'intrigue

Image associée

Comme beaucoup d'autres œuvres de Nolan, ce film suit également une approche non linéaire de la narration, ce qui est assez non conventionnel pour un film de cette nature. Outre son scénario non linéaire, Nolan choisit également de raconter l'histoire sous forme de triptyque, c'est-à-dire impliquant trois perspectives différentes qui trouvent en quelque sorte une interrelation ou une congruence vers la fin. Trois points de vue distincts donnent au spectateur un aperçu de ce qui s'est passé lors de l'évacuation ; comment finalement ce fut une victoire pour toutes les personnes qui ont travaillé ensemble pour réaliser le «miracle de Dunkerque».

Les trois perspectives différentes sont liées aux modes de combat terrestre, naval et aérien, et sont littéralement expliquées au public dans les quinze premières minutes du film environ, comme La taupe, La mer et L'air. De plus, ces séquences, dans la chronologie du film, durent des durées différentes, ou comme Nolan lui-même l'a dit, existent dans des temporalités différentes. Selon le directeur franc-tireur, les soldats sont restés bloqués sur la plage pendant près d'une semaine, les événements en mer ont duré une journée entière et la guerre aérienne a duré près d'une heure, car c'est la quantité de carburant que les avions britanniques Spitfire transporteraient. Les trois séquences différentes se déroulent séparément au début, les scènes oscillant continuellement d'avant en arrière, pour les réunir toutes dans un crescendo de morceaux bien montés, soutenus par la partition gagnante de Hans Zimmer, dans un très, bien, Nolan-esque finale, faute d'un meilleur mot. Maintenant, nous proposons une décomposition de l'intrigue, sous les trois perspectives différentes, disposées de manière linéaire.

1. La taupe

Dunkerque expliqué

Le film s'ouvre sur un groupe de soldats flagellant les rues de Dunkerque, lorsqu'ils se font tirer dessus par des soldats allemands. Tous sauf Tommy (joué par Fionn Whitehead), un soldat de l'armée britannique, sont abattus un par un. Un Tommy surpris tente de s'échapper et se dirige vers la plage de Dunkerque, où il voit des soldats alignés pour l'évacuation et entassés sur le môle, d'où ils doivent être chargés sur le prochain navire quittant le rivage.

Là-bas, il se lie d'amitié avec Gibson (Aneurin Barnard), qui semble enterrer son camarade. Les deux hommes transportent ensuite un soldat grièvement blessé sur une civière, se précipitant et esquivant, alors qu'ils espèrent se rendre à un navire au départ, dans une séquence étonnamment tournée. Après s'être vu refuser l'entrée du navire, ils se cachent sous la taupe, dans l'espoir de se faufiler à bord du prochain navire. Cependant, le navire est attaqué et finit par couler, mais le duo finit par sauver un autre soldat, Alex (Harry Styles) de l'épave due. Les trois peuvent embarquer un peu plus tard sur un autre navire, où on leur offre de la nourriture, de la chaleur et un peu de réconfort. Cela ne dure pas non plus et le navire est touché par une torpille, vraisemblablement d'un sous-marin (appelé U-Boat dans le film), et coule, laissant les hommes lutter pour se frayer un chemin vers le rivage. En nageant, ils tentent de monter sur un bateau à rames mais sont refusés en raison du manque d'espace, par le personnage de Cillian Murphy, qui joue un autre soldat sans nom, et joue un rôle plus important dans la séquence 'The Sea'.

Juste au cas où vous vous poseriez la question, taupe ici ne fait pas référence à son interprétation courante d'un espion. Cela aurait eu du sens, vous le saurez en lisant la suite, mais c'est en fait loin d'être le cas. Taupe fait ici référence à un élément architectural ; c'est la grande jetée en forme de structure sur laquelle les soldats étaient entassés, presque comme des moutons, attendant de monter à bord du prochain navire. Son importance dans l'histoire de Dunkerque, est bien plus que de fournir un cadre claustrophobe, ce qui, soit dit en passant, est efficace. Étant donné que le port actuel a été détruit par les bombardements allemands et que les plages étaient trop peu profondes pour les gros navires, les navires de la marine ont été alignés le long du môle oriental. L'idée d'utiliser la taupe pour faire descendre les soldats et l'évacuation qui a suivi a été supervisée par le capitaine William G. Tennant. Cela a facilité le processus d'évacuation, puisque la taupe fonctionne également comme un brise-lames, offrant une profondeur suffisante pour faire place aux gros navires et juste assez d'espace pour que les soldats puissent monter à bord.

Le lendemain, Alex, Tommy et Gibson accompagnent un groupe de Highlanders (soldats écossais) alors qu'ils se réfugient dans un bateau abandonné loin des eaux, dans l'espoir qu'il sera à flot une fois la marée haute dans quelques heures. Comme le bateau est au-delà du périmètre britannique marqué, les Allemands commencent à lui tirer dessus en s'entraînant à la cible. Une fois que la marée monte, le bateau commence à flotter, mais le groupe se rend vite compte qu'il ne flottera pas à cause des impacts de balles. Le groupe décide alors de retirer un peu de poids du bateau, ce qui conduit Alex à accuser Gibson d'être un espion allemand, car il était étrangement muet pendant leur épreuve. Tommy le défend, mais Gibson se révèle être un soldat français, et qu'il a pris une fausse identité, celle du soldat britannique qu'il a enterré, pour améliorer ses chances d'évacuation de la côte. Le bateau coule finalement, et parmi le péril qui s'ensuit, Gibson perd la vie.

Tommy et Alex, alors qu'ils sont maintenant bloqués en mer, tentent de monter à bord d'un dragueur de mines (un navire de guerre naval pour le déminage depuis la mer), mais celui-ci est également coulé par un bombardier aérien allemand. Le duo est ensuite ENFIN secouru par le yacht civil de M. Dawson qui arrive sur les lieux (depuis la séquence maritime, dont il sera question dans la section suivante), leur permettant de retourner en Angleterre après avoir embarqué dans un train en provenance du Dorset. De retour chez eux, ils sont salués comme des héros, même s'il s'agit d'une défaite militaire, et Alex n'en a pas l'impression. Nous n'avons fait que survivre ! dit-il, après quoi Tommy lit le discours désormais emblématique de Churchill, qu'il trouve publié dans le journal, réaffirmant qu'ils ont peut-être perdu la guerre jusqu'à ce moment-là, mais sauver 300 000 vies qui auraient autrement été anéanties (ou capturées), était en soi une formidable victoire morale à une époque où la guerre et la perte étaient omniprésentes.

2. La mer

La deuxième séquence commence en parallèle avec la première séquence, environ dix minutes après le début du film, se produisant vraisemblablement le dernier jour de la chronologie de la semaine de 'The Mole'. La Royal Navy fait appel à des navires civils et à des bateaux privés pour accompagner l'évacuation qui s'ensuit à Dunkerque. M. Dawson, joué à l'écran par Mark Rylance, possède un yacht de plaisance nommé 'Moonstone', mais insiste pour qu'il le sorte lui-même, accompagné de son jeune fils Peter (Tom Glynn-Carney) et rejoint à la hâte par l'ami de Peter, George ( Barry Keoghan) qui souhaite faire quelque chose de remarquable pendant la guerre. Alors qu'ils naviguent, ils rencontrent le seul survivant d'un dragueur de mines coulé qui a vraisemblablement quitté Dunkerque la nuit précédente (comme le montre 'The Mole'), et le soldat sans nom joué par Cillian Murphy est sauvé et ramené à bord. Le personnage de Murphy est sous le choc (PTSD) de l'épreuve, et en apprenant qu'ils retournent à Dunkerque et non en Angleterre, il essaie de résister et, ce faisant, finit par pousser George dans les escaliers du pont inférieur. George souffre d'une blessure à la tête, révélant plus tard qu'il était incapable de voir, y succombant finalement et rencontrant une fin prématurée.

Le groupe rencontre alors un avion Spitfire écrasé au milieu, et Dawson se dirige pour tenter de sauver le pilote, même s'il est incertain, sauvant le pilote de la RAF Collins (Jack Lowden), l'un des trois engagés dans un combat aérien direct avec le aviation dans la séquence 'Air'. Dans les conversations qui ont suivi, il est également révélé que M. Dawson avait un fils aîné, qui était pilote, qu'il a perdu au début de la guerre.

En avançant et en évitant le feu de la bataille aérienne en cours, Dawson et son équipage rencontrent un autre dragueur de mines (le même vers lequel Tommy et Alex essaient de nager ; c'est ici que commence la convergence des trois perspectives) prenant le feu de l'Allemand. bombardier, se faire toucher et déverser du pétrole sur la mer, aggravant l'épreuve déjà difficile. L'avion bombardier allemand est abattu et s'écrase dans la mer, mais l'épave enflamme le pétrole, brûlant plusieurs soldats. Dawson et Peter sauvent autant de soldats qu'ils le peuvent, y compris Alex et Tommy, et les déposent à Dorset. Dawson émerge comme un héros improbable, et après avoir été interrogé sur George, Peter ment à Murphy, lui disant que George ira bien, épargnant au soldat sous le choc la culpabilité d'avoir été responsable de la mort d'un garçon. De retour chez lui, Peter honore le souhait de George en soumettant sa photo au journal local, qui le vante plus tard comme un héros local.

D'une certaine manière, je ne pouvais pas m'empêcher de penser que l'histoire de George était en quelque sorte une réplique de l'incident de Dunkerque à une échelle minuscule. Ce qu'il faut noter dans les deux cas, c'est que l'histoire qui est racontée est plus puissante que la réalité. Parce que parfois, les gens méritent plus que la vérité, parfois, les gens méritent que leur foi soit récompensée.

3. L'air

La séquence commence par l'envoi d'un trio de Spitfire britanniques pour fournir un soutien aérien aux forces piégées à Dunkerque, piloté par Farrier (Tom Hardy), Collins et un chef d'escadron anonyme. En survolant la Manche, ils sont attaqués par un aviation avion et perdre leur chef d'escadron, endommageant également la jauge de carburant de Farrier. Ayant été informé plus tôt qu'ils devaient continuer à voler à basse altitude pour économiser du carburant, car ils n'en avaient qu'une heure avant de devoir revenir, Farrier correspond en permanence avec Collins au sujet de son niveau de carburant et conduit intuitivement le duo vers France. Ils rencontrent un autre bombardier allemand que Farrier abat, mais pas avant que l'avion de Collins ne soit touché et qu'il soit forcé de s'écraser au milieu de la mer (sauvé plus tard par M. Dawson).

Le maréchal-ferrant atteint Dunkerque seul et s'engage avec le bombardier allemand menaçant les tentatives d'évacuation (le même qui s'est écrasé en enflammant le pétrole déversé), l'abattant vaillamment. Les soldats applaudissent et applaudissent alors que Farrier vole au-dessus d'eux avec du carburant de réserve. Le rotor s'arrête bientôt de tourner, ce qui implique que l'avion est totalement à court de carburant, ce qui conduit Farrier à faire atterrir l'avion sur la plage, bien que loin du périmètre britannique. Acceptant son sort, il descend de son avion, y met le feu et regarde au loin les troupes allemandes l'encercler et le faire prisonnier de guerre.

Thèmes et interprétations

Alors qu'il se préoccupe de la narration cinématographique d'un événement historique, 'Dunkerque' de Nolan n'est pas vraiment un film de guerre. Cela fonctionne plus sur les lignes d'un film de survivant, ou comme Nolan lui-même l'a dit, un film à suspense. Il y a des séquences de bataille, mais ce ne sont que des montages pour montrer les grandes chances contre lesquelles les soldats ont dû survivre. C'est peut-être pour cette raison que Nolan a consciemment décidé de ne donner à ses personnages aucune trame de fond et des dialogues minimaux, en jetant des visages relativement nouveaux pour la séquence 'The Mole', qui est aussi d'ailleurs la plus longue des trois. Le film de Nolan est alors sans surprise dépourvu de beaucoup de drames qui impliquent généralement un film de ce genre, mais cela ne veut en aucun cas dire que le film n'a pas de moments émotionnels.

Tout le film fonctionne ainsi, il n'y a pas d'introduction aux personnages et pas de conclusion sur leur sort ; aucun précurseur quant à ce qui a conduit à cette guerre et à cette évacuation, et aucune prémonition de ce qui a suivi. Le film ne se tourne pas vers des discours inspirants ou une camaraderie politique, se préoccupant d'une seule et unique chose : la survie. Le film n'est qu'un récit, un peu comme une tranche de film de la vie, qui vient d'être extrait d'une section particulière de l'histoire et raconté comme une simple histoire de résilience humaine, la volonté de se battre face à tous les obstacles, la volonté de trouver ce que l'on appelle, Maison.

Dunkerque expliqué

Une autre décision discutable mais consciente que Nolan a prise avec le film était de ne pas montrer l'antagoniste à l'écran. Le film manque non seulement de la présence d'ordres de cris du général allemand, mais il ne montre pas non plus un soldat allemand derrière les armes jusqu'à la scène finale. Cela a fini par marcher beaucoup pour moi, car d'une certaine manière, cela établit que l'ennemi sans visage est omniprésent. Étant donné que le public connaît parfaitement la procédure du côté allemand et que le film ne montre aucune discussion stratégique ou réunion de base de leur côté, vous ne savez pas quand ni comment les Allemands frappent. Cela prête une poignée au facteur d'incertitude, un élément qui est joué de nombreuses fois dans le film.

Le temps est un autre thème omniscient dans le récit de Dunkerque, ou plutôt son absence. Tout ce qu'ils ont décidé de faire a été mesuré et a eu un impact sur les histoires interconnectées. L'une des principales choses qui jouent en faveur de Dunkerque est que cela ne vous donne pas le temps de vous installer, c'est un rythme effréné pour le moins, tandis que d'autres films de Nolan se déroulent un peu tranquillement, d'où la courte durée. Pour cette seule raison, je pense, il peut être l'un des favoris à l'académie cette année dans le département d'édition. Il fonctionne avec l'urgence d'une bombe à retardement, ce qui se reflète également en grande partie dans la partition de Zimmer. Fait intéressant, le tic-tac constant que vous entendez dans la partition de fond est en fait la montre de poche de Nolan que Zimmer a enregistrée pour la partition du film.

Dernier mot:

En terminant, je suis sûr que Dunkerque restera un long métrage dont on parlera beaucoup dans les temps à venir, telle est la nature du film. Bien que certaines des décisions prises par Nolan quant à la façon dont le film est sorti pourraient rebuter certains téléspectateurs, nous savons qu'en fin de compte, il s'agit de ce que le film VOUS a fait ressentir. Que ces décisions aient fonctionné pour vous ou non finit par être une opinion personnelle. Pour moi, ils l'ont fait. Pour tous ceux qui cherchent à comprendre le film, les thèmes sont énoncés dans la bande-annonce finale du film et gravés dans mon esprit depuis sa première diffusion. L'espoir est une arme. La survie est la victoire.

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt