The Batman Review: Une chauve-souris noire qui revigore le Cape Crusader

L'interprétation par Matt Reeves du tristement célèbre super-héros annonce son arrivée directement de la bouche du cheval. Robert Pattinson, qui joue le super-héros ténébreux de Gotham City, est entendu avant qu'il n'apparaisse ; pas comme l'éclair mais comme l'ombre qu'il prétend être devenu. Il nous présente également la panoplie de rats, de racailles et de délinquants qui ont réussi à faire grimper le taux de criminalité de la ville. Lui, comme un bon samaritain qui a des problèmes personnels avec les voyous, essaie de garder ces gens hors du réseau et de nettoyer les rues.

Mais il n'est pas le seul demandeur de justice en ville. Il y a aussi le mystérieux homme masqué que nous voyons pour la première fois dans les premiers instants de The Batman. Il est assoiffé de sang et lorsque le maire de la ville est brutalement tué, Batman rencontre le plus grand et peut-être le seul honnête détective de Gotham, James Gordon. Cependant, ce n'est pas leur première rencontre. En fait, aucune des procédures initiales dans The Batman n'est une première. Reeves subvertit intelligemment les idées évidentes d'une histoire d'origine en échange d'une chauve-souris noire élargie et sombre qui revigore le croisé du cap.

Ainsi, The Batman, dans cet univers, est actif depuis quelques années impaires. Il n'a rien à voir avec le Joker à budget moyen de Todd Phillips (2019), ou les nombreuses autres sorties DCEU Snyder à méga-budget. En fait, il y a de fortes chances que cette histoire spécifique de Batman sorte tout juste du four cinématographique de Reeves. Mis à part les inspirations évidentes de la première année de Frank Miller de la fin des années 80, il s'agit d'une véritable procédure de tueur en série bleu (ou un vrai noir) qui vous rappellera plus Zodiac et Se7en de David Fincher que d'autres représentations plus ancrées comme La trilogie du chevalier noir de Christopher Nolan.



Quoi qu'il en soit, un tueur est à l'affût et il laisse de petites notes à Batman. À chaque meurtre qu'il commet, il laisse un signe de son obsession pour le super-héros. La nouvelle le nomme finalement The Riddler, et The Batman et James Gorden sont incapables de déterminer pourquoi ces meurtres ont lieu. Le criminel masqué n'est pas à la recherche du sang des voyous, mais des criminels corrompus. Ceux qui empoisonnent le centre pourrissant de la ville.

Il y a une intrigue évidente ici qui maintient le public investi. Premièrement, Batman en tant que personnage est brisé et désemparé comme toujours, mais cette version emo du héros est imprégnée de tristesse. À tel point que même sa personnalité démasquée en tant que Bruce Wayne lui a rétorqué à faire profil bas. Deuxièmement, contrairement à l'autre version du héros, les enjeux ici semblent assez personnels, The Batman servant davantage d'écœurant et de détective, et moins de héros qui est là pour sauver la ville. De plus, c'est un personnage de mauvaise humeur qui est perpétuellement énervé parce qu'il est toujours en retard lorsqu'il s'agit de sauver sa ville.

Troisièmement, puisque Reeves n'a clairement aucun intérêt à nous donner une histoire d'origine, son œil concentré garde ce canal noir sur un cadre ferme et ancré. Il trace intelligemment ce conte de détective suprême autour de Batman et de son groupe d'alliés et d'ennemis. Le fait que chacun participant à ce récit joue un rôle et ne soit pas là juste pour une simple distraction est une autre raison solide pour laquelle cette version se démarque vraiment.

Fondamentalement, il s'agit d'un récit de passage à l'âge adulte de réalisation de soi imprégné d'un crime noir sombre. Le réalisateur ne tient pas compte de ce que les prédécesseurs ont prévu pour le super-héros et réalise à la place un film très chargé qui, malgré 176 minutes, gagne vraiment sa combustion lente. Les décors d'action ici ne sont pas non plus extravagants. Même les poursuites sont un simple outil d'évasion et non quelque chose de plus grandiose. Bien que cela puisse contrarier certains fans, la raison du choix d'une issue plutôt psychologique fait de The Batman un conte quelque peu effrayant.

En ce qui concerne la construction du monde, Gotham ressemble à celui dont les geeks et les fans de longue date se souviendraient des jeux de la ville d'Arkham. Il est invitant, dérangé et hurle de perdre le contrôle à chaque crochet et coin. L'atmosphère sombre est loin d'être gaie, et même les blagues inversées sûres sont livrées avec des nuances morse et impassibles; faire en sorte que la vision globale ressemble à une véritable lutte de pouvoir pour une ville noyée dans la corruption et les manigances des chefs de la mafia.

Ainsi, il est juste que Reeves canalise cette vision à travers Pattinson. Le jeune acteur s'intègre parfaitement dans ce vaisseau que le réalisateur lui a imaginé. Son Batman est plus insaisissable, isolé et intense. Plus encore, son Bruce Wayne est le genre d'alter-ego qui n'a pas vu le jour depuis des années. Chaque fois qu'il émerge des décombres de sa maison, il se sent comme une âme nocturne et introvertie qui aurait besoin de mettre des lunettes de soleil même si une petite lueur de lumière passe à travers. Cette version maussade et sombre du super-héros semble fraîche et excitante d'une manière qui m'a donné envie de m'asseoir pour une autre répétition de 3 heures dès la fin de celle-ci.

En ce qui concerne les alliés de Batman, Zoë Kravitz dans le rôle de Selina Kyle (alias Catwoman) est plus sexy que la plupart des versions jouées par des actrices à travers l'histoire. Bien que la chimie entre Batman et Catwoman ne semble pas trop organique, les acteurs parviennent à la faire fonctionner malgré un arc de personnage plutôt sous-développé. Jeffrey Wright et Alfred d'Andy Serkis sont assez fidèles à l'histoire, mais le fait que le co-scénariste Peter Craig ne leur offre vraiment rien de plus concret leur donne l'impression d'opportunités gâchées.

En ce qui concerne ses ennemis, Paul Dano en tant que The Riddler est la bonne dose de menace. Quand il se présente réellement dans le 3ème acte, vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer sa séquence méchante qui ressemble à quelque chose qui sort d'années de frustration. Il canalise une sorte de vulnérabilité et de rage qui ne renverse pas The Riddler dans l'une de ces représentations exagérées des méchants de Batman, ce qui fait que son acte se démarque vraiment. Le pingouin de Colin Farrell est alourdi par un body lourd, mais l'acteur est le seul à éclaircir les choses dans cette fable par ailleurs désolée.

Une autre chose notable à propos de The Batman est la partition terrifiante de Michael Giacchino. Bien que le thème principal ressemble étrangement au thème de Dark Wader, je pense que Giacchino le fait intentionnellement pour provoquer une réaction du public. Sa musique complète grandement la vision de Reeves et la magnifique cinématographie de Greig Fraser.

Dans l'ensemble, The Batman doit être l'un des films de super-héros les plus intelligents et les mieux réalisés de la dernière décennie. Il a sa part de griefs, mais il emmène le personnage sur la bonne voie et les fans de DC peuvent enfin s'en réjouir.

Note : 3,5/5

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | cm-ob.pt